Clinique équine du Haras national suisse d’Avenches. Pourquoi démanteler une institution unique en Suisse et reconnue sur le plan international?
Interpellation 16.3646 déposée le 13 septembre 2016 au Conseil national

Le Haras national suisse (HNS), localisé à Avenches, est le centre de compétences de la Confédération pour les équidés. Depuis le 1er janvier 2014, l’article 147 de la loi sur l’agriculture prévoit expressément que « la Confédération exploite un haras pour soutenir l'élevage du cheval ».

Le HNS abrite une clinique équine. Celle-ci exploite un centre de reproduction unique en Suisse, reconnu par l’Union européenne, qui dispense des conseils de pointe aux éleveurs et détenteurs de chevaux. 

La clinique équine du HNS et celle de la Faculté Vetsuisse de l’Université de Berne ont été réunies le 1er janvier 2012 pour former l’Institut suisse de médecine équine (ISME). Le but de l’opération consistait à renforcer les compétences dans le domaine de la médecine vétérinaire dans notre pays.

Au début du mois de juillet dernier, les médias ont révélé la volonté de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) de démanteler la clinique équine du HNS en supprimant certaines subventions ainsi que des postes de travail. Cette volonté s’expliquerait tant par les programmes d’économies de la Confédération que par des considérations de fond. Dès lors qu’il existe déjà deux cliniques équines universitaires en Suisse, à Berne et à Zurich, le maintien de la clinique équine du HNS ne se justifierait plus.

Le démantèlement de la clinique équine du HNS aurait pour conséquence de vider celui-ci d’une partie importante de sa substance. Il aurait aussi pour effet de priver la Suisse romande d’un centre de recherche reconnu en médecine équine.

1. Quelles sont les programmes d’économies qui amènent l’OFAG à vouloir démanteler la clinique équine du HNS ? Le Parlement s’est-il déjà prononcé sur les économies en question ?

2. Le démantèlement de la clinique équine du HNS est-il compatible avec les objectifs de renforcement des compétences en médecine vétérinaire mis en avant lors de la réunion de la clinique équine du HNS et de celle de l’Université de Berne en 2012 ?

3. Le démantèlement de la clinique équine du HNS est-il compatible avec la décision du Parlement d’ancrer l’existence du HNS dans la loi sur l’agriculture ?

4. Sur le plan de l’équilibre territorial, est-il judicieux de concentrer en Suisse allemande les activités de recherche en médecine équine, alors que l'unique race chevaline suisse, le Franches-Montagnes, est originaire du canton du Jura ?

Mardi 13 septembre 2016