Interpellation: pourquoi la nomination du nouveau chef du Service de cardiologie du CHUV a-t-elle été aussi expéditive? (dépôt au Grand Conseil le mardi 29 août 2006, développement le mardi 5 septembre 2006, réponse du Conseil d'Etat le mardi 12 septembre 2006)

Le 28 juin 2006, le CHUV a diffusé un communiqué de presse annonçant la nomination d'un nouveau chef du Service de cardiologie. Or, il semblerait que le poste concerné, de haut niveau, n'ait pas été mis au concours.

Afin de clarifier la situation, nous nous permettons d'adresser quelques questions au Conseil d'Etat :

1) Est-ce que le poste de chef du Service de cardiologie du CHUV a été mis au concours ? Si non, pourquoi ?

2) Est-ce que le Conseil d'Etat a examiné l'opportunité de désigner un chef ad intérim du Service de cardiologie du CHUV dans l'attente de la nomination d'un nouveau titulaire sur la base d'une mise au concours, comme cela se fait fréquemment à l'Etat, notamment au CHUV ? Si oui, pourquoi cette solution n'a-t-elle pas été retenue ? Si non, n'aurait-ce pas été une option cohérente et conforme à l'usage ?

3) Est-ce que le nouveau chef du Service de cardiologie du CHUV est professeur ordinaire de cardiologie à la Faculté de biologie et de médecine de l'Université de Lausanne ? Si oui, est-ce que la procédure habituelle de nomination d'un professeur ordinaire a été appliquée ? En particulier, y a-t-il eu mise au concours ? Si non, est-il habituel et opportun que le chef du Service de cardiologie du CHUV n'occupe pas simultanément le poste de professeur ordinaire de cardiologie à la Faculté de biologie et de médecine de l'Université de Lausanne ?

Nous remercions d'avance le Conseil d'Etat pour ses réponses.

Jeudi 31 août 2006