Formation-recherche-innovation: interférences politiques

Le travail parlementaire est suffisamment complexe pour qu'il ne soit pas nécessaire d'y ajouter des éléments sans lien avec le sujet traité. Mais c'est ce qui se passe depuis 6 mois concernant la politique de la formation, recherche et innovation (FRI) pour les années 2013 à 2016.

La politique FRI a pour objectif d'accélérer l'innovation par la formation et la recherche. Mais le débat parlementaire quant aux besoins des hautes écoles a été marqué par des allusions à d'autres objets politiques: le futur message sur la recherche énergétique, les hypothèses sur le budget 2013, le plan financier 2014-2016, un éventuel programme d'économies. Autant de menaces brandies inopportunément par le Conseil fédéral en juin dernier.

Face à un tel mélange des genres, il est bon de rappeler qu'un «message FRI» a pour but de fixer des priorités dans ce domaine. Rien d'autre.  Les CSEC des deux chambres prennent en compte l'avenir de la jeunesse (formation et l'emploi) et le développement économique (innovation). Vouloir affaiblir ces objectifs en biaisant le débat par des discussions étrangères au sujet, c'est irresponsable. Ce n'est pas à partir de 2015 qu'il faut des moyens fortement accrus. C'est en 2013 déjà – quand le nombre des étudiants augmentera de nouveau.

Olivier Feller
Conseiller national
Membre du bureau du Team politique FUTURE

Editorial publié dans la Newsletter du 10 septembre 2012 du réseau FUTURE

 

Lundi 10 septembre 2012