Garantir la distribution matinale des quotidiens d’information par la Poste du lundi au samedi sans augmentation tarifaire
(cette motion sera déposée au Conseil national le lundi 27 février 2017)

Texte déposé

Le Conseil fédéral est chargé de prendre les mesures nécessaires pour que la Poste garantisse la distribution matinale des quotidiens d’information du lundi au samedi sans augmentation tarifaire pour les éditeurs des quotidiens concernés.

Développement

La motion repose sur les faits avérés suivants:

1. La presse traverse une période difficile sur le plan économique. La plupart des quotidiens perdent des abonnés et des recettes publicitaires. Cela résulte notamment du développement des services d’information gratuits sur internet.

2. La presse joue un rôle indispensable au bon fonctionnement de la démocratie. Elle contribue à la diffusion et à la mise en perspective critique de l’information ainsi qu’au débat d’idées.

3. La plupart des lecteurs des quotidiens d’information ont un abonnement à la version papier de leur journal, qu’ils reçoivent à leur domicile ou à leur lieu de travail. Aujourd’hui, seule une petite minorité de lecteurs opte pour un abonnement donnant uniquement accès à la version numérique des journaux.

4. La Poste livre les quotidiens d’information de plus en plus tardivement, souvent même après 12h00, non seulement dans les campagnes mais aussi dans les zones urbaines. Cela amène régulièrement des lecteurs à résilier leur abonnement, la distribution de leur journal en milieu ou en fin de journée étant considérée comme trop tardive.

5. Dans la brochure Journaux Suisse éditée en janvier 2016 par la Poste, le seul engagement pris concerne une distribution des quotidiens le jour de leur parution (page 8). En page 9 du document, il est indiqué que la distribution matinale constitue l’activité principale de deux sociétés de la Poste, Presto Presse-Vertriebs-AG et Epsilon SA. En revanche, il n’est pas précisé qu’une telle distribution matinale est facturée de façon spécifique aux éditeurs, ce qui peut représenter un accroissement de 10 à 20% des charges liées à la distribution des quotidiens. Dans le contexte économique actuel, un tel surcoût n’est pas supportable.

6. La Confédération est l’actionnaire unique de la Poste.

Dans ce contexte, la Confédération doit prendre les mesures nécessaires, le cas échéant sur le plan financier, pour faire en sorte que la Poste garantisse la distribution matinale des quotidiens d’information. Ce soutien concret mais ciblé aiderait la presse à faire face à ses difficultés sans risquer de porter atteinte à son indépendance.

Mercredi 15 février 2017